Sous-marins nucléaires

Actuellement, la situation de la flotte sous-marine est assez contrastée. En effet, si les 4 SNLE de classe Le Triomphant sont plutôt récents, les SNA sont vraiment très anciens (le SNA Rubis a déjà 32 ans de service actif et 36 ans depuis son lancement) et leur remplacement tarde pas mal. 

 

Pour les SNLE classe Le Triomphant, leur durée de vie estimée de 40 ans permet d'attendre 2035-2037 pour leur remplacement. Attention cependant à ne pas trop les prolonger. Il faut donc bien penser à financer les études amont. Ainsi, avec une durée moyenne de construction de 11 ans, on devrait  déjà avoir 2 SNLE-3G en construction en 2030.

Pour les SNA de la classe Rubis, l'arrivée de la classe Suffren est clairement une bénédiction. Il faudra cependant ne pas trop trainer. En effet avec 22 années de service actif, le Perle n'est plus tout jeune malgré tout. Et son remplacement n'est pas prévu avec 2029 ! C’est assez tard et pas très raisonnable.

 

De plus, les SNA de la classe Suffren ne paraissent que très moyennement armés. Avec semble-t-il un maximum de 24 armes quand les 4 tubes lance-torpilles sont chargés, ils sont en dessous de leurs concurrents. En effet, les SNA britanniques de classe Astute disposent de 38 armes pour leurs 6 tubes lance-torpilles. Quand aux puissants SNA américains de la classe Virginia, ils peuvent mettre en œuvre 40 armes depuis leurs 4 tubes lance-torpilles et leurs 12 silos de lancement vertical.

 

Entre cela et l’augmentation de la menace aéromaritime, je recommande donc la jumboïsation d’au moins les 5e et 6e unités de la classe pour leur rajouter 12 tubes verticaux. Cela permettrait au moins d’y installer des missiles antiaériens et des missiles lourds (MdCN ou CVS401 Perseus) sans trop prendre sur la capacité en torpilles.

Comme on peut le voir, c’est donc bien plus un problème de calendrier et de choix politico-budgétaires plutôt que de problèmes techniques qui freine la modernisation de la stratégique flotte sous-marine française. Mais les Français sont-ils prêts à continuer à mettre le budget qu’il faut dans cette force peu médiatique du fait du secret-défense qui l’entoure ?