GFAG Sud-Ouest

Coincé entre deux nouvelles zones de sécurité, la Zone de Défense et de Sécurité Sud-Ouest retrouverait plutôt son format d'avant 2016 où elle supervisait l'essentiel du massif pyrénéen. 

 

Ainsi, si elle perdrait donc les départements des Deux-Sèvres (79) et de la Vienne (86) sur la région Nouvelle-Aquitaine, elle retrouverait l'essentiel de l'ancienne région Midi-Pyrénées avec l'Ariège (09), la Haute-Garonne (31), le Gers (32), le Lot (46), les Hautes-Pyrénées (65) et le Tarn-et-Garonne. Il n'y a que les département de l'Aveyron (12) et du Tarn (81) qui ne ferait plus partie de la zone. 

 

Au final, après renforcement et modernisation, on peut s'attendre à un parc total qui pourrait atteindre les 15 hélicoptères à l'année avec 7 H-145 et 8 H-135 si on compte parmi eux les 6 hélicoptères permanents du Groupement Instruction Sécurité des Vols (GISV) de Cazaux (33).

 

 

 

ASection Aérienne de Gendarmerie de Bordeaux (33)

 

L'état-major du Groupement des Forces Aériennes de Gendarmerie du Sud-Ouest (GFAG Sud-Ouest) fait bien entendu base commune avec la Section Aérienne de Gendarmerie de Bordeaux-Mérignac (33).

 

Gérant justement la question du sauvetage d'urgence côtier face à la menace des baïnes, la SAG sera la première à être doté du H-135 dont elle armera 2 exemplaires en remplacement définitif des AS350BA Écureuil auparavant utilisé. 

 

Le dispositif estival étant justement conséquent pour être réactif, l'une des 2 machines bordelaises servira à armer le Détachement Aérien Saisonnier de Gendarmerie de Lacaunau (33) Ce dernier sera récupéré dans le cadre d'un échange avec la Sécurité Civile qui récupérerait l'hélistation de Mimizan (40). 

 

En plus de Lacanau, on aura également le Détachement Aérien Saisonnier de Gendarmerie de Cazaux (33) qui sera quand à lui armé par le GISV situé sur cette même base aérienne. Cela sera fait aussi bien par un H-135 comme un H-145 en fonction des disponibilité. 

 

Ce dispositif ne serait cependant complet sans parler du Détachement Aérien de Gendarmerie de Bayonne (64) dont les capacités de sauvetage seront nettement améliorées avec l'arrivée d'un H-145 en remplacement de l'actuel AS350BA Écureuil

 

B) Section Aérienne de Gendarmerie de Limoges (87)

 

Pour moi, la Section Aérienne de Gendarmerie de Limoges (87) est actuellement sous-dotée avec une seule machine. C'est d'autant plus vrai que la SAG doit assurer l'armement du Détachement Aérien Saisonnier de Gendarmerie de Rochefort (19) en été. Et qu'il y a également le Détachement Aérien de Gendarmerie de Égletons (19).

 

Je proposes donc un dispositif évolutif qui comprendrait 2 H-135 et 1 H-145. Entre la mi-mai et la mi-octobre, le H-145 quitterait Égletons afin d'assurer l'armement du détachement saisonnier à Rochefort. Il y serait remplacé par l'un des 2 H-135 basé le reste de l'année à Limoges. 

 

C) Section Aérienne de Gendarmerie de Toulouse (31)

 

Vu que les Pyrénées-Orientales sont restés sous la responsabilité de la ZDS Méditerranée, nous avons le Centre Interrégional de Gestion du Secours Héliporté des Pyrénées (CIGSH - Pyrénées) qui sera situé sur l'aérodrome de Toulouse-Francazal tout comme la Section Aérienne de Gendarmerie de Toulouse (31) qui dispose de son propre H-135 pour assurer des missions locales. 

 

Mais, en hiver, le gros de l'activité est bien entendu le sauvetage en montagne. En fonction de la vallée, ce sera la mission principale du Détachement Aérien de Gendarmerie de Tarbes (65) ou du Détachement Aérien de Gendarmerie de Pamiers (09). Chaque base disposera pour cela d'un H-145.